Découverte

La biérologie,
une discipline
de plus en plus reconnue

Avez-vous déjà entendu parler de la biérologie ?

Ce mot de plus en plus d’actualité fait référence à une discipline qui étudie la bière de façon approfondie. On l’appelle également zythologie, un nom plus savant qui puise ses racines dans le grec, zythos signifiant bière et logos l’étude, donc l’étude de la bière, CQFD !

Pour faire un parallèle, le biérologue, ce serait l’équivalent du sommelier et de l’œnologue pour la bière ! Tout comme ce dernier pour le vin, il maitrise toutes les étapes de la fabrication (techniques de fermentation et de brassage) et il est incollable sur les matières premières et les différents types de bières. Et comme le sommelier, son rôle est d’accompagner le consommateur dans le choix de sa bière selon ses préférences gustatives et de donner des conseils avisés sur les accords mets-bières.

Saviez-vous qu’il existe des formations diplômantes en biérologie ?

Les plus connues se situent en Belgique, au Québec ou aux Etats-Unis, mais il en existe une en France à l’IFCO (Institut spécialisé dans la formation professionnelle des métiers du vin et de la bière) qui donne accès à un niveau bac + 2.

Quand la bière
s’invite à table

Dans notre beau pays où l’accord mets et vins est tellement courant que l’on retrouve ce conseil dégustation au pied de chaque fiche recette, la biérologie détonne !

Et pourtant, boire de la bière tout au long d’un repas, c’est possible.

ll existe une multitude de bières, plus ou moins fortes, plus ou moins épicées, qui offrent une palette aromatique très large permettant de s’accorder avec chaque plat, de l’entrée au dessert.

Mais attention, il y a des règles à respecter !

Pour en savoir plus, rencontre avec Arnaud, notre artisan brasseur, biérologue à ses heures, certifié Cicerone

#1

Bonjour Arnaud, pour toi la bière à l’apéritif ou devant un match de foot, c’est dépassé ?

Oui, et on le voit bien, avec Espigal en particulier et la bière artisanale en général : les modes de consommation évoluent. La bière a gagné en reconnaissance et, avec le mouvement craft, on peut dire qu’elle a même gagné en noblesse !

Aujourd’hui, aux côtés d’une bière de soif, une petite blonde classique consommée à l’apéro ou sous la chaleur estivale de notre région, on retrouve des bières plus complexes, variées, gourmandes et originales. On en déguste aux repas, ou même en accompagnement de plats spécifiques, comme un fromage ou un dessert.

#1

Bonjour Arnaud, pour toi la bière à l’apéritif ou devant un match de foot, c’est dépassé ?

Oui, et on le voit bien, avec Espigal en particulier et la bière artisanale en général : les modes de consommation évoluent. La bière a gagné en reconnaissance et, avec le mouvement craft, on peut dire qu’elle a même gagné en noblesse !
Aujourd’hui, aux côtés d’une bière de soif, une petite blonde classique consommée à l’apéro ou sous la chaleur estivale de notre région, on retrouve des bières plus complexes, variées, gourmandes et originales. On en déguste aux repas, ou même en accompagnement de plats spécifiques, comme un fromage ou un dessert.

#2

Quelles sont selon toi les règles à respecter pour réussir l’accord parfait ?

Le plaisir avant tout ! Et la curiosité. En effet, la bière artisanale propose des recettes étonnantes, souvent novatrices en goût, avec des aromatiques parfois déroutantes. Ne pas hésiter à tenter ses propres assemblages. Comme, pourquoi pas, savourer une Espigal Saison Hiver, épicée et ronde, avec un plateau de fromages.

#3

Justement, passons au menu, que nous conseilles-tu en entrée ?

J’aurais tendance à démarrer avec la Blonde ou directement avec la Blanche Espigal, ses arômes d’agrumes très vifs. Un peu comme pour le vin, il est classiquement conseillé de suivre avec la bière une progression en fonction de leur coloration. C’est généralement un premier indicateur de leur complexité et, souvent, de leur degré alcoolique. Mais attention, cela reste schématique et les brasseurs artisanaux jouent avec les codes, cassent les conventions, proposent toujours plus d’originalité.

#4

Et pour le plat principal ?

Tout dépend de l’ambiance, du cadre, de la table partagée et… du plat en lui-même. J’imagine déjà une Rousse Espigal, avec ses arômes toastés et caramel, en accompagnement d’une belle grillade. Et pourquoi pas l’IPA, plus sèche et plus amère, avec un assortiment de salades et de plateaux à picorer ?

#5

Revenons au fromage : il parait que la bière s’accorde bien avec, est-ce vrai ?

Oui, c’est même à mon avis l’un des accords les plus intéressants. Oubliez le vin - rouge ou blanc d’ailleurs - et apportez à vos fromages la pétillance de la bière, l’intensité des houblons, l’épicé des levures phénolées.

#6

Et pour les desserts, cela semble difficile d’imaginer une bière qui se marie avec les fraises ou le chocolat ?

Bien au contraire ! Là encore c’est avant tout une question d’envie, de goût personnel. La Blanche Espigal avec un retour de crème fouettée et quelques fraises juteuses, ou la Brune aux notes torréfiées et chocolatées avec un moelleux fondant au chocolat… la bière artisanale offre une variété étonnante de saveurs.

#7

Et la bière comme ingrédient dans des recettes de cuisine, qu’en penses-tu ?

J’en suis très friand. En marinade, la bière fait des merveilles. En sauces vives, vinaigrettes, compotées, elle révolutionne nos papilles. Le malt rajoute du goût et du corps, en particulier dans les farines, les pâtes boulangères et pâtissières. Avec mon fils de 6 ans, nos pâtes à pizza maison sont maintenant préparées avec une 33 cl de Rousse. Pour ma fille de 4 ans, plus gourmande, dans un dessert - crêpes ou gâteau chocolat- la Blonde ou la Saison hiver sont maintenant systématiques.

#2

Quelles sont selon toi les règles à respecter pour réussir l’accord parfait ?

Le plaisir avant tout ! Et la curiosité. En effet, la bière artisanale propose des recettes étonnantes, souvent novatrices en goût, avec des aromatiques parfois déroutantes. Ne pas hésiter à tenter ses propres assemblages. Comme, pourquoi pas, savourer une Espigal Saison Hiver, épicée et ronde, avec un plateau de fromages.

#4

Et pour le plat principal ?

Tout dépend de l’ambiance, du cadre, de la table partagée et… du plat en lui-même. J’imagine déjà une Rousse Espigal, avec ses arômes toastés et caramel, en accompagnement d’une belle grillade. Et pourquoi pas l’IPA, plus sèche et plus amère, avec un assortiment de salades et de plateaux à picorer ?

#6

Et pour les desserts, cela semble difficile d’imaginer une bière qui se marie avec les fraises ou le chocolat ?

Bien au contraire ! Là encore c’est avant tout une question d’envie, de goût personnel. La Blanche Espigal avec un retour de crème fouettée et quelques fraises juteuses, ou la Brune aux notes torréfiées et chocolatées avec un moelleux fondant au chocolat… la bière artisanale offre une variété étonnante de saveurs.

#3

Justement, passons au menu, que nous conseilles-tu en entrée ?

J’aurais tendance à démarrer avec la Blonde ou directement avec la Blanche Espigal, ses arômes d’agrumes très vifs. Un peu comme pour le vin, il est classiquement conseillé de suivre avec la bière une progression en fonction de leur coloration. C’est généralement un premier indicateur de leur complexité et, souvent, de leur degré alcoolique. Mais attention, cela reste schématique et les brasseurs artisanaux jouent avec les codes, cassent les conventions, proposent toujours plus d’originalité.

#5

Revenons au fromage : il parait que la bière s’accorde bien avec, est-ce vrai ?

Oui, c’est même à mon avis l’un des accords les plus intéressants. Oubliez le vin - rouge ou blanc d’ailleurs - et apportez à vos fromages la pétillance de la bière, l’intensité des houblons, l’épicé des levures phénolées.

#7

Et la bière comme ingrédient dans des recettes de cuisine, qu’en penses-tu ?

J’en suis très friand. En marinade, la bière fait des merveilles. En sauces vives, vinaigrettes, compotées, elle révolutionne nos papilles. Le malt rajoute du goût et du corps, en particulier dans les farines, les pâtes boulangères et pâtissières. Avec mon fils de 6 ans, nos pâtes à pizza maison sont maintenant préparées avec une 33 cl de Rousse. Pour ma fille de 4 ans, plus gourmande, dans un dessert - crêpes ou gâteau chocolat- la Blonde ou la Saison hiver sont maintenant systématiques.

Et voilà, nous espérons vous avoir mis la bière à la bouche et pourquoi pas vous avoir donné envie de préparer de bons petits plats avec nos bières Espigal !

Une recette ?
Un moment de convivialité ?

N’hésitez pas à partager avec nous sur notre page Instagram ou notre page Facebook !

Et voilà, nous espérons vous avoir mis la bière à la bouche et pourquoi pas vous avoir donné envie de préparer de bons petits plats avec nos bières Espigal ! Une recette ? Un moment de convivialité ?
N’hésitez pas à partager avec nous sur notre page Instagram ou notre page Facebook !

Le Programme de Certification Cicerone certifie et forme les professionnels de la bière afin d’améliorer l’expérience des consommateurs.

Le Programme de Certification Cicerone certifie et forme les professionnels de la bière afin d’améliorer l’expérience des consommateurs.